PLUME, PINCEAU ET DECLIC

PLUME, PINCEAU ET DECLIC

RUE DES PRAIRIES


RUE DES PRAIRIES
 

Au coin d'la rue Monique y était, réservée à toute heure
Par Frédo son souteneur, sniffé de malheurs.
Fini le temps des gigolos
De feu le bal à Jo.
Maintenant c'est le luxe à perdre haleine
Dans les lofts de la Madeleine.
 

Il y avait Lulu la greluche,
Givrée au Postillon, chantant son Ménilmuche
Sur le zinc taché du petit bougnat, bistrot
Au 6 de la rue Haxo.
 

Jadis certainement il y avait des vaches rue des Prairies.
Filmée par de la Patellière, maintenant des trottoirs y ont fleuri.
 

On ne voit pas les montagnes de la rue des Pyrénées.
Au 140 rue Ménilmontant, les blousons noirs y sont nés.
Rue de la Chine, plus de Chinois.
Maintenant c'est Belleville, et plus de chien n'aboie.
Rue de la Réunion, est-ce celle de l'assemblée
Ou de cette petite île vanillée ?
 

Il y avait un piaf rue Boyer
Qui chantait pour payer le loyer.
 

Porte des Lilas, parti le poinçonneur.
Plus de Brassens, d'Henri Vidal, de Brasseur.

 

Et la môme… qui ne regrette rien…
Moi non plus.
 

Raymond MARTIN



Découvrez Sidney Bechet!


25/06/2007
7 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 18 autres membres