PLUME, PINCEAU ET DECLIC

PLUME, PINCEAU ET DECLIC

LA BUCHE

LA BÛCHE

 

 

Chants, champs de vie auréolés de bouquets de paix

Champs, chants semés fleuris d'espérance et d'amour

Chants, champs magnétiques terrestres, telluriques, sacrés,

Champs, chants inondés de la turbulente beauté au clair du jour.

 

Le curé  Prospère, sévère au regard peu amène,

Persévère dans son prosélytisme de catéchumène,

Cherche sa voie dans le cantique des cantiques

           En  rougissant à la résonance de ces mots lubriques.

 

Le scieur en sciant chût sur son séant bonhomme,

Estomaqué par le sang cassis scintillant sur la bûche

Roulant sur l'herbe folle, sautillant tel un gnome

Echappé de l'enfer torride sous un ciel d'embûches.

 

En courant au couvent la niaise lavandière,

Trébuchant sur la bûche sanglante lâcha son baluchon.

Celui-ci ordonné de nouveau sur sa tête, peu fière,

Elle entra hâtive en ce lieu de prière.

Une nonne horrifiée hurla « oh mon Dieu ! » se signant en son nom.

 

Le linge maculé lui fit craindre le pire

Pour la lavandière novice victime d'un satyre?

Non, car là-bas sur le chemin où le destin chavire

Une bûche de chêne, en feu, exhala son ultime soupir.

 

Les flammes purificatrices pétrifièrent le scieur

En chêne cossu, promis à un destin majeur :

Apprendre la vie des choses et ses tourments,

Car la nature agressée, infinie, toujours se reprend.

 

 

 

R.Martin      05/09


Découvrez Orchestre Odeon!


26/05/2009
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 19 autres membres